mercredi 31 octobre 2012

Entrainement n°4 : Dimanche 14 octobre 2012



Destination Rumeli Feneri :

Les vélos...
Voici l’interview qui a été publiée par le journal « Istrasbourg » le 15 Octobre 2012 à 15h32 exactes, 1 jour et 2h32 minutes exactement après que les faits se soient produits. L’anonymat de l’élève a été respecté par soucis de confidentialité.


Reporter : Alors jeune homme, comment s’est passé cet entraînement et comment vous sentez-vous, êtes-vous la même personne qu’avant ?  Car vous savez, on parle de vous et de votre groupe partout depuis quelques semaines. Des articles ont été rédigés sur Facebook, sur Twitter, et il y a même des rumeurs qui disent qu’un blog officiel aurait été créé à votre nom, bien sûr à propos du projet dont vous faites partie.

L’élève de seconde C (« l’éclair » ou encore « la flèche » comme l’appellent ses fans) : J’affirme qu’un blog officiel a été créé.  Et bien sûr que je suis toujours la même personne qu’avant,  je voudrais aussi vous souligner que la célébrité ne fait pas toujours le bonheur… Parlons un peu de l’entraînement  d’aujourd’hui, c’était un entraînement certes fatiguant mais je pense que cela va beaucoup nous faire progresser en endurance, car plus on se fatigue, plus on en gagne.

Reporter : Pouvez-vous nous raconter les étapes de l’entraînement d’aujourd’hui, ce que vous avez vécu, ressenti ?

L’élève de seconde C : Nous nous sommes retrouvés avec l’équipe et nos entraineurs vers 8h45 au Lycée Français Pierre Loti pour prendre la route à 9h. Une fois les vélos contrôlés, les casques mis, et les habits enfilés, nous nous sommes mis en route, comme prévu et à l’heure prévue. La première montée, qui nous a vraiment fatigués était la montée de Sariyer. J’étais en haut 8 minutes et 32 secondes avant les autres (logique puisque comme son nom le dit, c’est « une flèche » !).
...les cyclistes au fort en ruines...
Puis nous avons continué vers Kilyos, où nous avons rencontré plusieurs descentes qui nous rendaient heureux pour le moment… Puisque aucun sportif n'a eu l’idée de penser qu’il y aurait un retour… Finalement nous sommes arrivés à Rumeli Feneri,  un petit village avec un fort en ruines se situant près de la mer Noire, où il y avait un paysage magnifique. Des casse-croûtes ont été mangés, des litres d’eau ont été bus, des dizaines de photos ont été prises, et au bout d’une assez longue pause l’heure du retour était arrivée.
...les cyclistes devant la mer Noire...

Reporter : Vous êtes rapides, et aussi courageux d’après ce que je vois ?

L’élève de seconde C : Je suis rapide de naissance vous savez… Je suis né au 4ème mois de grossesse, j’ai appris à parler à l’âge de 1 an et demi, et à 3 ans je faisais partie de l’équipe de football de mon père comme étant « très très jeune espoir ». Mais je dois mon courage à notre équipe de vélo, ils ont toujours été là pour me soutenir, m’aider, et nous sommes comme une vraie famille.

Reporter : Mais avant que nous finissions notre interview, pouvez-vous aussi nous raconter le retour de Rumeli Feneri ?

L’élève de seconde C : Le retour a été difficile… Toutes les descentes étaient devenues des pentes ! Je ne vais pas vous le cacher mais j’avais été effrayé par l’immensité de cette côte… La montée a duré environ 1 heure, et  j’ai eu le temps de compter 17632921 gouttes de sueur tombées de mon front (Les yeux de l’élève sont aussi très rapides !).
...les cyclistes arrêtés à Koç...

Une fois arrivés en haut nous avions remarqué qu’un de nos sportifs et un de nos entraîneurs avaient été attaqués par de vilaines guêpes ayant pour but de ralentir le groupe ! Des mesures ont été prises, les guêpes ont été prises en otages, et une pause a été faite à l’Université Koç  se trouvant à mi-chemin entre Rumeli Feneri et  Sarıyer. Des bouteilles d’eau ont été remplies, des forces ont été reprises et plus aucune pause jusqu’au Lycée. Nous y sommes arrivés à 13h03 à peu près comme prévu, et un discours a été prononcé pour nous féliciter, nous, les élèves de cet incroyable projet.

Reporter : Je vous remercie d’avoir répondu à nos questions, et  je vous souhaite bonne chance à vous, et à toute l’équipe du projet.

L’élève avait déjà disparu avant que le Reporter eut fini sa question. C’est un « éclair » comme nous le montre son nom !                
...et enfin les cyclistes vus du dessus.








                                       

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Commentaires